mardi 26 mai 2015

Les complices de l'islamisme : mosquées UOIF sur fonds publics, l'enquête de 320 pages.




Présentation de l'éditeur :
  Manuel Valls a inauguré la Grande mosquée de Cergy, édifiée sur un terrain de la mairie socialiste contre un loyer dérisoire. Son imâm défend ouvertement les Frères Musulmans dont le passage aux affaires en Egypte s'est soldé par de nombreuses exactions, et la tentative d'islamiser les lois. 

  Paris, qui croule sous une dette de 400 millions d'euros, a trouvé 16 millions d'euros pour son Institut islamique.

  A Nantes, la mairie a contribué à financer l'institut islamique de la branche française des Frères Musulmans, l'UOIF, à hauteur de 200 000 euros en 2009. Le maire s'appelait alors Jean-Marc Ayrault. 

Alain Juppé assure lui qu'il "fera tout pour qu'un terrain soit disponible" pour la Grande Mosquée de Bordeaux. L'imâm Tareq Oubrou qui dirigera l'endroit persiste dans son dernier livre à s'avouer membre des Frères Musulmans, dont le Guide suprême souhaite "contrôler l'Europe". Votre maire collabore-t-il avec l'islamisme ? Cette deuxième édition a été largement actualisée et augmentée après les municipales 2014.

  Les mairies de Marseille et Nice ont été elles épinglées par le tribunal administratif pour des entorses à la loi de 1905, tandis que plusieurs députés financent des mosquées sur leur réserve parlementaire. Le maire de Nîmes, vice-président de l'UMP, a lui cédé un ex temple protestant à des islamistes dont les bulletins internes sont marqués d'un extrémisme inquiétant. 

L'auteur :
Joachim Véliocas dirige l'Observatoire de l'islamisation. Il est analyste pour le centre de prospective Wikistrat basé à Washington. Son premier livre-enquête, L'islamisation de la France (2006) a fait entrer ce thème dans le débat public.

vendredi 22 mai 2015

Membre de l'Association Libyenne des Oulémas, il prescrit la conversion, l'impôt ou la mort pour les non musulmans.



Le 16 mai 2015, sur la grande chaîne libyenne Tanasuh TV, le "savant" Muhammad Bujalila a enseigné doctement le sunnisme traditionnel : le jihâd comprend la triple alternative , conversion, impôt islamique (jizya) ou combat contre les non musulmans "même s'ils n'ont pas été hostiles à l'islam préalablement".

L'Association Libyenne des Oulémas s'est constituée dans le sillage du Conseil National Syrien dominé par les islamistes, installé par Nicolas Sarkozy sur les conseils avisés de BHL.

Le maire PS aurait permis les 90 000 euros de loyers impayés au bénéfice de la mosquée d' Argenteuil (Le Parisien)

"Nouvelle polémique à Argenteuil. Le maire (UMP) Georges Mothron a interpellé son prédécesseur Philippe Doucet (PS), ce lundi soir en conseil municipal sur la mosquée As Salam, dite Dassault, actuellement en travaux.

 « Les faits sont graves », lâche Georges Mothron, qui parle même « d’un dérapage sur la laïcité ».

Depuis 2013 et le lancement des travaux, la structure cultuelle occupe des locaux, avenue du parc. « Votre décision précisait que cette mise à disposition était consentie en contrepartie d’un loyer de 60 000 € par an, lâche le maire en direction de Philippe Doucet. Comme vous le savez, la ville n’a jamais touché le moindre centime pour le paiement de ces loyers, soit, à ce jour, environ 90 000 €. » D’après le maire, le socialiste aurait fait une promesse aux responsables d’Assalam. « À quelques mois des élections municipales et pour aider l’association, vous auriez convenu de ne pas lui faire payer son loyer », poursuit Georges Mothron. Il regrette également la réalisation de travaux « d’un montant de 400 000 €, non budgétisés ». Mohamed El Aissaoui, président de l’association confirme ce mercredi après-midi. « Dès le départ, nous avons expliqué qu’on ne pouvait pas payer de loyer. Lire la suite

Sur le sujet au niveau national lire l'enquête ces Maires qui courtisent l'islamisme :

Une classe bilingue Franco-Arabe à Dijon : "le rectorat ne souhaite pas communiquer"

En septembre prochain, une classe bilingue franco-arabe ouvrira au collège Carnot, à Dijon. Une première en Bourgogne, sur laquelle le rectorat ne souhaite pas communiquer…(suite sur édition abonnés) Lire sur le Bien Public

jeudi 21 mai 2015

Estrosi pointé comme "complice de l'islamisme" par Marianne (subvention UOIF + mosquée cadeau)



Un cheikh saoudien interdit d’entrée en France vient pour la troisième fois dans une mosquée de Roubaix

Lu dans La Voix du Nord :


Le 8 mai, la mosquée Abou Bakr, dans le quartier du Pile à Roubaix, a accueilli pour la troisième fois en deux ans le cheikh Mohammed Ramzan al-Hajiri. Celui-ci n’est pourtant, en théorie, pas autorisé à pénétrer sur le territoire français. 


C’est une note, adressée au directeur général de la police nationale, tombée entre les mains du Canard enchaîné. Elle est quelque peu embarrassante pour les services de renseignement. Elle signale que le cheikh saoudien Mohammed Ramzan al-Hajiri est présent à Roubaix. Or, il n’a en théorie pas le droit de pénétrer sur le sol français. Interdit de séjour jusqu’en 2050, précise le Canard dans son numéro paru ce mercredi.
Pour être précis, le prédicateur salafi n’est pas sous le coup d’une mesure judiciaire. Il fait l’objet d’une fiche « TE » d’opposition à son entrée sur le territoire, délivrée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) car il serait un « individu susceptible de troubler l’ordre public en raison de ses prêches islamistes radicaux ». Tous les pays de l’espace Schengen en sont informés et ne doivent pas lui laisser franchir leur frontière. Apparemment, le cheikh aurait rusé, modifiant légèrement son nom en Alhajri sur son visa. Les douaniers italiens n’y auraient vu que du feu.

1 500 personnes au séminaire

Le ressortissant saoudien jugé indésirable par la DGSI a donc passé le week-end prolongé du 8 Mai dans la mosquée Abou Bakr Essedik, dans le quartier du Pile à Roubaix. Comme en août 2013 et en avril 2014. Farid Gacem, responsable de la mosquée, ne voit pas le problème : « Aucun élément, recommandation ou document officiel n’atteste cette interdiction de séjour », dit-il. Suite dans La Voix du Nord

Farid Gacem n'est autre que le frère de Rachid Gacem, ancien trésorier de la mosquée, qui, devant la caméra de John-Paul Lepers avait affirmé que si les musulmans deviennent majoritaires en France ils appliqueront les peines de la charia :

mercredi 20 mai 2015

"Il était une foi, l'islam…" Majid Oukacha démonte l'islam sur 450 pages.



Interview de Majid Oukacha par Joachim Véliocas le 19 mai à l'occasion de la sortie de son livre "Il était une foi, l'islam…" (éditions Tatamis, 2015).

Courageux essai pour cet apostat de l' islam, religion qu'il a pratiqué assidûment à la mosquée avant de découvrir dans le hâdith et le Coran des éléments qui l'ont poussé à remettre totalement en cause sa foi. Il dénonce aujourd'hui l'illogisme, la violence, les atteintes aux droits fondamentaux des hommes, intrinsèques à l'islam classique. Achat en ligne

.